CBG : découvrez le cannabigérol et ses caractéristiques !

- Catégories : CANNABINOÏDES

Qu'est ce que le CBG ?

Découvert dans les années 1960, CBG signifie cannabigérol. Il est l'un des composés présents dans le chanvre et fait partie des nombreux cannabinoïdes issus de cette plante. Le CBG résulte de la décarboxylation de l'acide cannabigérolique, la molécule mère qui sert de base à la synthèse d'autres cannabinoïdes tels que le CBD et le THC. En d'autres termes, il est considéré comme le cannabinoïde souche, duquel dépendent les autres cannabinoïdes.

CBG : ses particularités

Le CBG est généralement présent en petite quantité dans le cannabis. Durant la croissance des plantes, la majeure partie de ce composé est transformée en d'autres cannabinoïdes, tels que le tétrahydrocannabinol (THC) ou le cannabidiol (CBD), ce qui ne laisse environ que 1 % de cannabigérol (CBG) dans la plante. Cela implique que les coûts de production pour extraire une quantité suffisante de cannabigérol sont très élevés.

Il existe cependant certaines variétés qui produisent des quantités plus importantes de cannabigérol tout en ayant de faibles quantités d'autres cannabinoïdes tels que le THC ou le CBD. Il est important de noter que le cannabigérol ne figure pas dans la liste des substances psychotropes répertoriées par la Convention des Nations Unies.

fleur cannabis

CBD et CBG : quelles différences ?

Comprendre les nuances entre le cannabidiol (CBD) et le cannabigérol (CBG) est essentiel pour explorer les bienfaits des cannabinoïdes dérivés du cannabis. Bien que ces deux composés proviennent de la plante de cannabis, ils présentent des différences significatives dans leur structure chimique et leurs effets potentiels sur le corps humain. Le CBD est le cannabinoïde le plus étudié et est célèbre pour ses propriétés relaxantes sans effet psychoactif, ce qui signifie qu'il ne provoque pas d'euphorie ou de "high". À l'inverse, le CBG est moins abondant dans la plante, mais il se distingue par son rôle précurseur, servant de base pour la synthèse d'autres cannabinoïdes.

En termes d'effets, le CBD est souvent associé à la gestion du stress, de l'anxiété et à la réduction de l'inflammation, tandis que le CBG montre un potentiel prometteur dans le soutien du système nerveux et la modulation de la douleur. Alors que le CBD est devenu un choix populaire pour diverses applications, le CBG émerge comme un domaine de recherche intrigant, ouvrant la porte à de nouvelles possibilités thérapeutiques. Les consommateurs doivent être conscients de ces différences pour choisir le cannabinoïde qui correspond le mieux à leurs besoins et à leurs objectifs de bien-être.

Comment agit le CBG ?

Le système endocannabinoïde, qui est naturellement présent dans l'organisme, joue un rôle essentiel dans la régulation de diverses fonctions corporelles et contribue grandement à notre équilibre interne. Ce système est constitué de récepteurs cannabinoïdes qui seraient la cible d'actions du CBG. On sait que le cannabigérol a une forte affinité avec les récepteurs CB1 et CB2 situés dans le système nerveux et différentes parties du système immunitaire. Cela suggère un potentiel thérapeutique pour le CBG dans le traitement de divers troubles et pathologies.

Les effets du CBG

Le CBG suscite un grand intérêt chez les chercheurs en raison de son grand potentiel thérapeutique, plusieurs études sont menées pour l’explorer. Toutefois, pour confirmer son efficacité, des recherches supplémentaires doivent être réalisées. Des recherches préliminaires ont démontré que le cannabigérol pourrait être efficace comme antibactérien, et dans le traitement de troubles neurodégénératifs et de maladies inflammatoires. Les études se poursuivent pour approfondir la compréhension des propriétés du CBG.

Le CBG et la peau

crème cbg

Lors d’une récente étude clinique, il a été découvert que le CBG pouvait être utilisé efficacement pour améliorer la santé de la peau, réduire les rougeurs et améliorer la fonction de barrière.

Le cannabigérol aurait des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, anti-acné et anti-âge en réduisant mieux que la vitamine C les niveaux de radicaux libres, et en protégeant la peau des UVA et UVB (UltraViolets A et B).

Récemment, un rapport a comparé l'efficacité antimicrobienne du CBD et du CBG, confirmant ainsi le potentiel des phytocannabinoïdes comme agents antimicrobiens.

Étant donné qu'aucun impact significatif sur le microbiote cutané n'a été observé et compte tenu de leur utilisation actuelle répandue, le CBD et le CBG pourraient être considérés comme sûrs. Par conséquent, le développement de formulations topiques contenant des concentrations actives de CBG et/ou de CBD pourrait être une approche prometteuse pour traiter les affections cutanées où les micro-organismes et l'inflammation jouent un rôle important, comme le psoriasis, la dermatite atopique et l'acné.

Ces propriétés font du cannabigérol un nouveau candidat attrayant pour une utilisation dermatologique, qui dépasse même le plus connu CBD.

CBG : des propriétés antibactériennes

Outre son action contre antibactérienne au niveau de la peau, le CBG pourrait être une nouvelle arme contre d’autres types de germes.

Le Streptococcus mutans est une bactérie qui cause les caries dentaires et qui est très difficile à éliminer. Mais en 2021, une étude a montré que le cannabigérol pourrait aider à combattre cette bactérie. En effet, le CBG agit sur la membrane de la bactérie, la rendant plus fragile et moins capable de se multiplier. De plus, il empêcherait cette dernière de produire de l'acide qui endommage l'émail dentaire.

En résumé, le cannabigérol pourrait être un nouveau moyen de lutter contre les caries dentaires.

dents cbg

CBG et stimulation de l'appétit

biscuits cbd

Les effets stimulants de l'appétit du cannabis sont bien connus et ont été principalement associés à l'activité hyperphagique du tétrahydrocannabinol (THC), un phytocannabinoïde psychoactif.

Cependant, une étude antérieure a montré que l'hyperphagie est encore induite par un extrait de cannabis sans THC, suggérant que d'autres phytocannabinoïdes peuvent également provoquer cet effet.

Le cannabigérol (CBG), non psychoactif, est un candidat possible car il se lie à plusieurs cibles moléculaires impliquées dans la régulation du comportement alimentaire.

En 2016, une étude a démontré pour la première fois que le cannabigérol provoquerait une hyperphagie, en réduisant le temps avant de se nourrir et en augmentant la fréquence des repas, sans provoquer d'effets secondaires neuromoteurs indésirables.

Ainsi, étudier le potentiel thérapeutique du CBG pour des conditions telles que la cachexie et d'autres troubles de l'alimentation et de la régulation du poids corporel semble être justifié.

CBG et hypertension

Une étude récente a révélé que le CBG pourrait réduire la pression artérielle de façon aiguë sans affecter la fréquence cardiaque ou l'activité motrice. 

Ces résultats viennent renforcer les preuves grandissantes du rôle des cannabinoïdes dans la régulation de la pression artérielle.

Cependant, davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes moléculaires précis et les sites d'action impliqués dans les effets du CBG sur la pression artérielle, ainsi que pour évaluer les effets d'une administration à plus long terme et le potentiel thérapeutique pour traiter l'hypertension.

cbg hypertension

CBG : des effets anti-inflammatoires

Très récemment, une étude a permis d’évaluer l'effet du CBG sur les cellules responsables de l'inflammation dans les articulations et dans le sang. Des effets anti-inflammatoires robustes sur la production de cytokines, la viabilité cellulaire et la production d'anticorps ont été trouvés. Le CBG pourrait convenir comme traitement d'appoint pour la polyarthrite rhumatoïde afin de réduire la production de cytokines et d'auto-anticorps.

La maladie inflammatoire de l'intestin est une maladie chronique incurable qui affecte un grand nombre de personnes dans les pays industrialisés. Des preuves scientifiques et des témoignages suggèrent que l'utilisation de cannabis pourrait avoir un effet bénéfique sur les patients atteints de cette pathologie. Une étude publiée en 2013 a examiné l'effet du CBG sur un modèle de colite chez des souris. Les résultats ont montré que le cannabigérol avait atténué l'inflammation de l'intestin en diminuant la production des éléments provoquant des dommages dans les cellules intestinales. Ces résultats suggèrent que le CBG pourrait être une option pour les essais cliniques chez les patients atteints de la maladie inflammatoire de l'intestin.

CBG : antioxydant et neuroprotecteur

L'inflammation et le stress oxydatif jouent un rôle crucial dans la neurodégénérescence. Des composés naturels différents peuvent avoir des actions neuroprotectrices contre ces deux phénomènes, protégeant ainsi contre la perte de cellules neuronales. Parmi ces sources naturelles, le cannabis est une source de composés ayant des propriétés bénéfiques, notamment le cannabigérol. Les résultats de recherches ont montré les effets neuroprotecteurs du CBG qui pourrait potentiellement être utilisé comme traitement contre la neuroinflammation et le déséquilibre entre les niveaux de radicaux libres et les capacités antioxydantes dans l'organisme.

Une étude menée en 2020 sur des rats a cherché à comparer les effets antioxydants et neuroprotecteurs du CBD avec ceux du CBG. Le CBG était même dans certains cas efficace à des concentrations plus faibles que le CBD.

CBG et AVC

Une étude de 2021 a apporté de nouvelles données sur les propriétés neuroprotectrices et anti-inflammatoires du CBG dans un modèle de l'AVC en laboratoire. Ces résultats suggèrent que ces cannabinoïdes pourraient être utilisés pour traiter les AVC ischémiques, qui sont des cas médicaux en augmentation. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment ces composés agissent et s'ils peuvent être efficaces dans des modèles animaux plus pertinents pour les humains. Les cannabinoïdes pourraient donc représenter une nouvelle approche thérapeutique pour traiter ces AVC pour lesquels il n'existe pas de traitement efficace actuellement.

CBG et sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie chronique courante qui provoque une inflammation et une dégénérescence du système nerveux. Des scientifiques ont récemment étudié les effets du cannabigérol sur des souris atteintes d'encéphalomyélite allergique expérimentale, qui est une maladie similaire à la sclérose en plaques chez l'humain. Les souris traitées au CBG ont montré une amélioration de leurs symptômes et une restauration des cellules nerveuses. Ces résultats suggèrent que le CBG pourrait être un traitement potentiel pour la sclérose en plaques chez l'humain.

CBG et maladie de Charcot

En 2019, une étude a confirmé que le CBG et le CBD ont des effets anti-inflammatoires, antioxydants et anti apoptotiques (autodestruction des cellules) , qui sont améliorés lorsque les deux sont combinés. Le cannabigérol renforcerait les propriétés anti-inflammatoires du CBD lorsqu'ils sont administrés ensemble. La combinaison empêcherait l'activation inflammatoire et améliorerait les cytokines anti-inflammatoires. Bien que plus de recherches doivent être réalisées, les résultats suggèrent que le CBG et le CBD pourraient être utiles pour traiter les maladies dégénératives des motoneurones telle que la maladie de Charcot.

CBG et maladie de Huntington

En 2015, une étude a montré que le cannabigérol présente un profil neuroprotecteur prometteur pour le traitement de la maladie de Huntington, une possibilité déjà étudiée avec d'autres phytocannabinoïdes séparément ou en combinaison. Les résultats ont montré que le CBG serait particulièrement efficace. Bien qu'il ait également eu un effet modeste chez les souris, il pourrait être nécessaire de le combiner avec d'autres phytocannabinoïdes pour renforcer ses effets thérapeutiques. Une enquête supplémentaire sera essentielle avant de procéder à des études cliniques avec le cannabigérol chez des patients atteints de la maladie de Huntington. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur l'utilisation du CBG, seul ou en combinaison avec d'autres phytocannabinoïdes ou thérapies, pour le traitement de maladies neurodégénératives.

Comment consommer le CBG ?

huile cbg

Le CBG suit actuellement la même tendance que le CBD en termes de popularité croissante. Les techniques d'extraction de ce cannabinoïde sont de plus en plus efficaces, ce qui permet une utilisation plus répandue. Bien que sa production soit plus coûteuse et qu'il soit moins connu des consommateurs, le CBG gagne en notoriété. Les producteurs continuent également de développer des souches avec des niveaux de cannabigérol toujours plus élevés.

Il est possible de retrouver différentes formes de CBG, notamment des huiles, des pollens, des concentrés de type hash ou résines, des fleurs, des thés, des fleurs, des cristaux d'isolat, ainsi que des cosmétiques.

L'huile CBG sublinguale est la méthode de consommation la plus courante et la plus pratique pour consommer le CBG, suivie des fleurs. Pour obtenir un taux de cannabigérol plus élevé, ces fleurs sont récoltées de manière spécifique. La première méthode permet une absorption plus rapide et un effet optimisé. 

L'huile de CBG

L'huile de CBG, ou cannabigérol, constitue une innovation significative dans le domaine des compléments alimentaires dérivés du cannabis. La production de l'huile de CBG commence par la cultivation de variétés spécifiques de cannabis riches en CBG. Cette sélection génétique vise à maximiser la teneur en cannabigérol dans les plantes, souvent au détriment du CBD et du THC.

Le processus d'extraction de l'huile de CBG est une étape cruciale pour obtenir un produit pur et potentiellement bénéfique. Les méthodes d'extraction au CO2 supercritique et à l'éthanol sont couramment utilisées pour isoler le CBG des autres composés de la plante. Ces méthodes garantissent une extraction propre et efficace, préservant les propriétés du cannabigérol tout en minimisant les résidus indésirables.

Une fois extrait, le CBG est souvent dilué dans une huile porteuse, généralement de l'huile de chanvre. Cette huile de CBG résultante peut être proposée sous différentes formes, notamment des huiles sublinguales, des gélules ou des huiles pour vaporisateurs, offrant ainsi une gamme variée d'options d'administration pour les consommateurs. 

La qualité de l'huile de CBG dépend de la source de la plante, du processus d'extraction utilisé, et des normes de fabrication du fabricant.

CBG : effets secondaires

Comme tout supplément ou substance active, le CBG peut potentiellement entraîner des effets secondaires chez certaines personnes. Les effets secondaires du CBG rapportés jusqu'à présent sont généralement légers et temporaires, comprenant des symptômes tels que la sécheresse buccale, la somnolence et des changements d'appétit. À noter que la réaction individuelle au CBG peut varier, et il est recommandé de consulter un professionnel de la santé avant d'incorporer tout produit à base de CBG dans son régime quotidien, en particulier pour les personnes prenant d'autres médicaments ou ayant des conditions médicales préexistantes. La vigilance et une approche informée sont essentielles pour maximiser les avantages potentiels du CBG tout en minimisant les risques d'effets indésirables.

CBD ou CBG : lequel est le plus puissant ?

Déterminer la puissance relative entre le cannabidiol (CBD) et le cannabigérol (CBG) n'est pas aussi simple que de déclarer l'un comme étant intrinsèquement plus puissant que l'autre, car ces deux cannabinoïdes interagissent différemment avec le système endocannabinoïde du corps. Le CBD est généralement reconnu pour ses propriétés polyvalentes, agissant sur plusieurs récepteurs dans le corps pour aider à réguler le bien-être général. Ses effets modulateurs sur l'anxiété, le sommeil et l'inflammation ont été bien documentés. En revanche, le CBG, bien que présent en quantités plus faibles dans la plante de cannabis, se distingue par son potentiel d'activation des récepteurs spécifiques du cerveau, offrant des avantages potentiels pour le système nerveux.

En termes de puissance, la comparaison directe est délicate car les effets des deux cannabinoïdes dépendent de nombreux facteurs, notamment la concentration, la méthode d'extraction, et l'interaction individuelle avec le système endocannabinoïde de chaque personne. Certains utilisateurs peuvent préférer les effets du CBD pour la relaxation générale, tandis que d'autres peuvent trouver que le CBG offre un soutien plus ciblé. La recherche sur le CBG est encore à un stade préliminaire, et plus d'études sont nécessaires pour comprendre pleinement son potentiel. En fin de compte, le choix entre le CBD et le CBG dépend des préférences personnelles et des besoins spécifiques de chaque individu en matière de bien-être.

CBG : prix et avis

En France, l'intérêt croissant pour le cannabigérol (CBG) a suscité une demande accrue de produits à base de ce cannabinoïde émergent. Les prix du CBG peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs, notamment la concentration du produit, la méthode d'extraction, la source de la plante, et la réputation du fabricant. En général, les produits de qualité, tels que les huiles de CBG haut de gamme, peuvent être plus onéreux en raison de leur processus d'extraction sophistiqué et de leur concentration élevée en cannabigérol.

Bien que la recherche scientifique sur ses effets spécifiques soit encore en cours, la réception de ce cannabinoïde et les avis sur le CBG sont généralement positifs. Certains utilisateurs rapportent des expériences positives liées à la gestion du stress, de l'anxiété, et même des douleurs chroniques. Il est cependant essentiel de choisir des produits de qualité auprès de fournisseurs réputés pour garantir l'efficacité et la sécurité.

Le CBG autant voire plus prisé que le CBD ?

Depuis la légalisation médicale du cannabis, la recherche s'est principalement focalisée sur le THC et le CBD. Cependant, des preuves indiquent que le CBG pourrait surpasser ces composés en termes d'efficacité thérapeutique.

En effet, le CBG présente certains avantages par rapport au THC et au CBD, notamment sa non-psychotropie et ses effets anti-inflammatoires plus étendus dans certains cas.

Des recherches plus poussées et une meilleure compréhension de ce sujet pourraient améliorer davantage les applications et les utilisations des cannabinoïdes tel que le CBG.

Nous rappelons que le CBG, tout comme le CBD, n'est pas un remède, et qu'il est recommandé d'utiliser ces produits de manière encadrée, de prendre conseil auprès d'un professionnel, et notamment d'un médecin en cas d'interaction médicamenteuse.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

close Votre panier
close Votre panier
Créer un compte
Vous êtes déjà inscrit
Connectez vous Ou Mot de passe perdu ?